Historique

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl, au-delà de l’inquiétude suscitée dans le monde entier, a donné naissance à un vaste mouvement de solidarité. Celui-ci s’est d’abord exprimé par le biais des Etats et des Associations caritatives nationales. Mais depuis l’effondrement du système soviétique en 1990 et l’indépendance des ex-états membres de l’U.R.S.S., les possibilités se sont diversifiées dépassant l‘envoi classique de marchandises de première urgence pour s’intéresser directement aux personnes et particulièrement aux enfants.

Tel était le cas de l’association “Enfants de Tchernobyl” dont les statuts, type loi 1901, furent déposés le 25 avril 1991 à Montargis sous le N° 1/05460. Le siège social se situait à Châlette-sur-Loing où vit encore une forte communauté Ukrainienne.

Monsieur Logojdiuk (sur la photo), aujourd’hui à la retraite, s’occupait des ballets Zaporogues (groupe de danse traditionnelle Ukrainienne) et présidait également cette association bénévolement à Chalette-sur-Loing avec le soutien de Jean Bardak, Pop responsable de l’église Orthodoxe de Vesine-Chalette en lui donnant une grande audience au travers d’antennes dont le nombre dépassait la quinzaine pour toute la France.

M. Logojdiuk

Après l’éclatement de l’U.R.S.S., la prise en charge directe des personnes, et surtout des enfants, est devenue possible. Aussi, il faut le souligner, six jours après son indépendance, en juillet 1990, les premiers enfants ont débarqué en France avec le drapeau jaune et bleu ukrainien, pour un séjour réparateur. Ce processus est désormais bien rodé.

L’association a été reconnue par l’UNESCO et le Gouvernement Ukrainien. Il s’agit de faire venir des enfants de 8 à 12 ans, d’origine urbaine ou rurale, quelquefois orphelins ou déplacés notamment à Kiev et qui ont été contaminés. Contaminé ne veut en aucun cas dire contagieux. La plupart sont dans un état de santé permettant le voyage, mais ils ont un grand besoin de vitamines pour se battre contre les méfaits du césium 137. C’est pour leur donner le moyen d’améliorer leur état de santé qu’on les fait venir en France.

L’Association ne percevait aucune subvention officielle, mais ceci lui a permis de rester indépendante de tous. Une participation de 200.- Fr. (soit 30.- euros) était demandée aux familles pour pouvoir faire face aux frais d’inscription, d’accueil, d’assurance et de téléphone. Le voyage en avion de Kiev à Paris était, quant à lui, pris en charge par des sponsors côté ukrainien. Côté Français, les antennes régionales devaient s’acquitter du transport de Paris vers les régions. L’antenne Alsacienne était soutenue par la Municipalité de Lutterbach, au début. En effet, l’association « Enfants de Tchernobyl » avait elle-même très peu de moyens pécuniaires pour s’équiper en matériel et faire face aux coûts en maîtrisant financièrement l’organisation de ce grand chantier humanitaire, appelé « Opération Soyouz Tchernobyl ».

Son rôle ne s’arrêtait pas là : les bénévoles ont expédié 90 tonnes de marchandises, conserves, médicaments et matériel médical, une ambulance, 75 lits d’hôpital, des fauteuils roulants, deux camions, etc. et ceci en particulier grâce aux deux antennes de Reims et de Lutterbach en Alsace.

Dans un premier temps, une équipe non structurée de bénévoles de la région mulhou-sienne, animée par Aline Sutter, Christine Chraïbi, Pierre Huck, René Foernbacher, le Dr Michel Hacher, Simone Jess, Étienne Jakubowski et bien d’autres… organisaient les transports en collaboration avec M. le Maire de Lutterbach et recherchaient des familles pour accueillir des enfants en Alsace. Ces enfants arrivaient d’Ukraine en avion à Paris et devaient repartir de Paris. Cela jusqu’au 02 février 1993, date à laquelle fut créée sur place, pour des raisons de logistique et d’efficacité, notre propre association en Alsace sous le nom :

Association « Accueil des Enfants de Tchernobyl »

Effectivement, quelques membres fondateurs et familles d’accueil de notre association ont soutenu dès 1986 des actions humanitaires en faveur des enfants et des familles en Ukraine, à titre privé pour certains. D’autres ont pris une part active à l’opération “Enfants de Tchernobyl” après l’appel lancé dans les médias, hissant ainsi les Alsaciens parmi les premiers à y répondre et s’investir pleinement dans ces actions de solidarité.

« Notre reconnaissance pour leur dévouement leur est acquise »

Depuis sa création en 1993, notre association a organisé des convois humanitaires. Ainsi plus d’une vingtaine de semi-remorques chargés de 15 à 25 T chacun, de matériel de première nécessité, lits, couvertures, habits, tables, chaises, aide médicale sous forme de médicaments, matériels médical et orthopédique, chaises roulantes, lits médicalisés, etc. ont été acheminés dans des hôpitaux ruraux, polycliniques pédiatriques, internats, orphelinats et écoles.

Comme dans toutes associations ayant atteint 25 ans d’activités, certains nous ont quittés en cours de route (pour des raisons d’âge, de santé) ou continuent à œuvrer dans d’autres Associations. D’autres nous ont rejoints, c’est ainsi qu’une petite équipe, composée d’anciens et de nouveaux membres actifs, après le départ d’Aline Sutter, a repris le flambeau avec une nouvelle philosophie “Avancer et réussir ensemble dans le respect mutuel et la fraternité”. Chacun, selon ses possibilités, collabore activement autour du président René Foernbacher, anciennement vice-président et membre fondateur de notre association.

Malheureusement, malgré le nombre d’années passées depuis la catastrophe de Tchernobyl, nos aides aux enfants et familles d’Ukraine restent plus que jamais nécessaires. Les conséquences sanitaires, agricoles, économiques et de santé publique que cela a entraîné et entraîne toujours sur une région grande comme la nôtre, restent catastrophiques, sans parler de la situation géopolitique actuelle du pays.

Certes, nous sommes aussi confrontés à des problèmes dans notre pays (La crise ! le Chômage), mais notre situation n’est pas comparable ; elle est plutôt paradisiaque par rapport à celle de l’Ukraine rurale des régions largement contaminées et de celles où sévit la guerre.

Tous nos membres sont des bénévoles. Les fonds dont nous disposons proviennent uniquement des cotisations, dons, vente de produits artisanaux lors des expositions, de nos tournées spectacles, marchés de Noël, lotos et quelques rares subventions. Nos dépenses de fonctionnement sont limitées au minimum afin de disposer d’un maximum pour nos actions humanitaires.

 Notre association s’est fixée cinq objectifs :

1) Apporter notre aide aux familles, orphelinats, hôpitaux et écoles, victimes des conséquences indirectes de la catastrophe de Tchernobyl et de la situation économique et politique en Ukraine.

2) Accueillir en France des enfants défavorisés issus de la grande région de Tchernobyl afin d’améliorer leur santé.

3) Subventionner par des parrainages des séjours en colonies de vacances en Ukraine à des enfants vivant dans la précarité, handicapés, orphelins ou victimes collatérales de conflits armés.

4) Promouvoir la langue française en Ukraine, pratiquer, favoriser et soutenir les échanges linguistiques, scolaires, culturels et artistiques entre nos deux pays.

5) Tisser des liens d’amitié et de fraternité entre les familles Ukrainiennes et Françaises.

Nous serions heureux de pouvoir vous accueillir parmi nos nouveaux parents d’accueil, en mars ou en juillet, et vous encourager à devenir membre du CA ou organisateur de nos manifestations. Mais toute autre aide ou soutien sont les bienvenus.

Nous invitons les familles et Jeunes Ukrainiens installés dans la région, à venir nous rejoindre, pour aider leur patrie à se relever.

Je vous en remercie d’avance !

Le Président René Foernbacher

Attention !

Trop souvent confondu dans les journaux et autres médias ! Dans notre région.

Ne pas confondre notre association “Accueil des Enfants de Tchernobyl” avec l’association
“Enfants de Tchernobyl”.

Cette information est une simple clarification pour éviter les confusions chez nos sympathisants, généreux donateurs et familles d’accueil respectifs, et n’a donc aucun caractère péjoratif ou discriminatoire.

Mais pourquoi ces deux associations :

Les Présidents et membres fondateurs actuels des deux associations, René Foernbacher et Thierry Meyer avaient répondu et participé ensemble aux appels du conseil des ministres de la RSS d’Ukraine du 09 Avril 1990 ensuite de L’UNESCO à l’opération enfants de Tchernobyl, à travers la première association créée dans ce cadre, sous le nom enfants de Tchernobyl, le 25 Avril 1991 et déposée à la préfecture de Montargis sous le N° 1/ 05460 loi 1901, par son président Grégoire Logojdiuk dans un premier temps. Ils créèrent ensuite chacun séparément leur propre organisation, le 02 Février 1993 pour la nôtre, et 8 mois plus tard 08 Octobre 1993 l’association Enfants de Tchernobyl.

Les deux associations agissent dans l’humanitaire, et viennent en aide aux populations, dans les régions atteintes par la catastrophe de Tchernobyl en Ukraine, mais œuvrent aussi dans des villes ou villages et zones frontalières contaminées différentes, comme la Biélorussie et la Russie.
Il existe bien d’autres associations dans notre grande région, les associations : « Enfants de Tchernobyl Belarus », Amitié Franco/Ukrainienne « Bollwerk/Kostopil » à Mulhouse Bourtzwiller et « Liouba Lorr Ukraine » en Lorraine.
Cela serait prétentieux de croire qu’une association, pourrait à elle seule venir en aide à toutes ces populations, mais chacune d’entre elles y contribue selon ses moyens.

Comme disait Pierre de Coubertin pour les Jeux Olympiques,

L’important n’est pas de gagner ou d’être le meilleur, mais d’avoir participé activement.

Nous encourageons donc vivement toutes celles et ceux, qui selon leur proximité, à venir soutenir les actions de chacune des associations qui œuvrent dans un même but « aider son prochain ».