Accueil des enfants de Tchernobyl

25e Anniversaire : 1993 – 2018

Actualité

Programme Mars 2019

L'association humanitaire « Accueil des Enfants de Tchernobyl », dans le cadre des échanges culturels entre la France (L’Alsace en particulier) et l'Ukraine, invite cette année encore, une troupe de jeunes artistes à venir se produire en Alsace. Un Groupe de 32...

lire plus

Mots du vice-président

2018 aura été une année charnière de la vie de notre association “Accueil des Enfants de Tchernobyl”. 25 ans déjà que nous existons, grâce aux Municipalités, Associations, Familles d’accueil, Spectateurs et généreux Donateurs, sans oublier les bénévoles formant notre...

lire plus

Sonechko

L’Université de Danse et de Chorégraphie de Zhytomyr en Ukraine         En 1997 Mykhailo et Tetiana HUZUN créent un petit ensemble d’enfants dans le Palais des Pionniers de la ville de Zhytomyr. Encouragés par les enfants et les parents, ils...

lire plus

Pourquoi l’association Accueil des Enfants de Tchernobyl ?

Le 26 avril 1986, à 1 h 23 du matin, le réacteur n° 4 de la centrale nucléaire soviétique de Tchernobyl explose. C’est en visitant Prypiat, aussi appelée “Atomograd, ville de l’atome”, et les villages autour de Tchernobyl, en Ukraine, qu’on prend réellement conscience de l’impact que la catastrophe a sur la vie et la santé de milliers de gens, sur la nature et les animaux ainsi que sur l’économie de toute une région.

Loin de nous, de vous dire que nous sommes des antinucléaires ou de rentrer dans des considérations politiques, car cela n’apporterait rien de plus à ceux qui ont besoin de notre soutien aujourd’hui. Malheureusement l’irréparable est fait, simplement ne l’oublions pas, soyons plus vigilants à l’avenir, car la bêtise humaine est sans limite.

L’un des rôles de l’association Accueil des Enfants de Tchernobyl est aussi de perpétuer ce souvenir et de dire plus jamais cela.

Dans la petite localité de Naroditchy en zone 2, à 42 kilomètres de la centrale, de nombreuses familles reviennent de nouveau habiter dans des secteurs ou la terre reste largement contaminée ou irradiée, poussés dehors par la misère de ces immeubles de la banlieue de Kiev, insalubres, ou rien ne fonctionne correctement, souvent sans eau ni gaz pour se chauffer et le plus grave, sans argent.